Avez-vous déjà fait analyser votre texte par un outil en ligne ? Le résultat est intéressant ! Avec l’analyse des mots de son roman, on peut connaître les mots les plus utilisés dans le texte, sortir une liste de mots clés représentatifs de l’histoire ou encore identifier ses répétitions…

Nuage de tags de mon roman avec Tagcrowd

Nuage de tags de mon roman avec Tagcrowd

TagCrowd

J’ai utilisé TagCrowd (outil gratuit) pour créer le nuage de tag ci-dessus, qui permet en un coup d’œil d’identifier l’univers de mon roman Les Larmes du Lac

Amusant non ? Voici ce que ça donne pour Les Voyageurs Parfaits :

Nuage tags voyageurs parfaits marie havard livre

et pour La femme sans visage :

Nuage tags femme sans visage livre marie havard

Le nuage de tag généré est utile, car il peut compléter le résumé de votre livre et aider le futur lecteur à cerner l’ambiance du livre. Il peut aussi vous permettre de repérer les mots ou thèmes que vous utilisez fréquemment (dans les trois nuages de tags ci-dessous je peux voir que se répète le mot « temps », « ville » ou « village », « mains », « monde »…)

Textalyser

textalyser.net est un outil gratuit qui va compter le nombre total de mots et sortir un tableau détaillé, comportant le taux de densité lexicale, la lisibilité du texte, le nombre moyen de syllabes par mot, le nombre de phrases du texte, la longueur maximale ou minimale des phrases (en mots), puis le top des mots les plus fréquents et enfin le nombre de fois que chaque mot a été utilisé.

Pour Les Larmes du Lac, voici ce que cela donne :

  • Densité lexicale (variété de mots utilisée, facteur de complexité) : 28.8%
  • Lisibilité du texte (6 : facile, 20 : difficile) :  6.5
  • Nombre moyen de mots par phrase : 14.17
  • Nombre de phrases : 5534
  • Top 5 des mots : était (utilisé 439 fois), j’avais (275 fois), c’était (212 fois), c’est (180 fois), lac (153 fois).
  • 11 mots de 6 syllabes ont été utilisés, et plus de 38 000 mots de 1 seule syllabe (on voit ma préférence pour les mots courts !)

J’en retire l’enseignement suivant : j’ai utilisé de nombreux mots courts et phrases courtes, avec une faible variété de mots, ce qui fait de mon roman un texte facile à lire. Les verbes et expressions les plus utilisés sont des verbes simples et des auxiliaires (avait, était…) peu recommandés en littérature car réputés pour être « moches » et « pauvres ». Je devrais les bannir de mon vocabulaire !

Pour Les Voyageurs Parfaits, voici le résultat de l’analyse :

  • Densité lexicale (variété de mots utilisée, facteur de complexité) : 34.7%
  • Lisibilité du texte (6 : facile, 20 : difficile) :  6.8
  • Nombre moyen de mots par phrase : 14.64
  • Nombre de phrases : 3104
  • Top 5 des mots : était (utilisé 398 fois), qu’il (197 fois), vie (121 fois), pouvait (89 fois), qu’elle (88 fois).
  • 15 mots de 6 syllabes ont été utilisés, et plus de 21000 mots de 1 seule syllabe

Et enfin pour La femme sans visage :

  • Densité lexicale (variété de mots utilisée, facteur de complexité) : 54.9%
  • Lisibilité du texte (6 : facile, 20 : difficile) :  7.2
  • Nombre moyen de mots par phrase : 15.29
  • Nombre de phrases : 707
  • Top 5 des mots : qu’elle (utilisé 51 fois), visage (37 fois), larmes (36 fois), c’était (36 fois), n’avait (28 fois).
  • 4 mots de 6 syllabes ont été utilisés, et plus de 4000 mots de 1 seule syllabe

Mon roman le plus long se trouve donc être, selon l’outil, le plus facile à lire et avec une moindre densité lexicale… Cela donne à réfléchir. Est-ce que parce qu’il contient plus de mots et donc d’articles sans intérêt ? Plus de dialogues aussi ?

D’autres outils

Word Counter

Il suffit de copier-coller son texte et l’outil détaille le nombre de mots, espaces, phrases, paragraphes… Il affiche également des statistiques amusantes, comme le temps de lecture (35 min et 19 s pour La femme sans visage), le niveau de lecture (niveau « College Graduate » pour ma nouvelle) , le temps pour le lire à voix haute (53 min et 56 secondes, si cela tente quelqu’un ! :-)) ou encore le temps passé pour l’écrire à la main (13 heures 55 min). Pratique pour ceux qui prévoient des lectures de texte ou ceux qui ont prévus de réécrire leur roman en version manuscrite 🙂

Pour l’analyse de la densité de mots, l’outil va conserver les articles, ce qui est moins pertinent.

Vous servez-vous de tels outils ? En connaissez-vous d’autres ?