Les cris dans les mots

Blog de Marie Havard, auteur

Exploration urbaine : visite d’un hôpital abandonné

Ce n’est pas dans nos habitudes, par respect de la propriété. Mais ce jour-là, on avait l’esprit aventureux, avide de découverte. Alors nous avons pénétré à l’intérieur d’un hôpital & centre de rééducation abandonné, voué à être détruit, accessible depuis la plage… et haut-lieu d’expression street-art.

Une fois passée l’appréhension de braver l’interdit, après les premiers pas prudents à l’intérieur des bâtiments, nous avons découvert un monde étrange, qui en trois heures d’exploration subjuguée, a laissé en nous un goût surréaliste.

Un univers coloré et destructuré nous attendait à l’intérieur de ces bâtiments abandonnés, devenus un haut-lieu du graffiti et du street-art. Un endroit hors du temps – un peu comme dans ces films de fin du monde – immense, étrange, propice à la création et à l’imagination. Nous avons d’ailleurs rencontré des personnes tournant un clip vidéo.

Les traces du passé hospitalier du lieu resurgissent dans des salles comme celle-ci, avec les bains de l’époque.

Une sensation étrange nous envahit. Sur internet, on dit que cet endroit a contenu plusieurs bâtiments ayant été, au fil du temps, un ancien sanatorium, une annexe pédiatrique pour enfants atteints de malformation osseuse, un pavillon pour des malades tuberculeux contagieux.

Avec le vent s’engouffrant en rafale comme des gémissements, on traverse ces couloirs sans fin, on visite ces salles toutes identiques, ou presque, témoignages du temps passé.

De temps en temps, on imagine la beauté des pièces d’autrefois, avec leurs vues sur la mer, le sable, le ciel bleu, les voiliers qui passent au loin.

Et puis on reprend le chemin des ruines, ces ruines de bâtiments qui sont comme des fantômes de tous ces corps malades délabrés. Des couloirs rectilignes – les couloirs du temps ?

On se perd. La vie continue. Mais par où on va, déjà ?

Et puis, au détour des salles, sur les murs, des œuvres d’art, expressions de vie, dans une ambiance de fin du monde. C’est un mélange de couleurs, de styles, de motifs. Un beau désordre créatif, qui rend l’exploration plus forte encore.

J’espère que ces images ont inspiré votre créativité… Je vous laisse à vos sensations et à votre imagination. Laissez-vous surprendre…

« La véritable créativité commence souvent là où le langage s’arrête ».
Arthur Kestler

Ci-dessous, la vidéo de notre aventure :

Attention, lieu interdit au public et dangereux. Pratique illégale.

Pour en savoir plus sur l’histoire du lieu, ancien sanatorium des années 1930, lisez l’article suivant : le sanatorium.

2 Comments

  1. Merci Marie pour cette visite. Beau texte et belles photos. J’ai l’impression de l’avoir visité moi aussi…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*